forum du clan soleil-rouge Index du Forum
forum du clan soleil-rouge Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Contes de Bo'ku.

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du clan soleil-rouge Index du Forum -> Le clan -> L'Histoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kadang
Maitre de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2012
Messages: 17
Localisation: forêt de jade

MessagePosté le: Mar 24 Sep - 21:29 (2013)    Sujet du message: Contes de Bo'ku. Répondre en citant

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ces illustres écrits, sauvés du sinistre du domaine des Soleil-Rouge, peuvent être quémandés au Seigneur Shiro : Nouveau protecteur de l'Histoire de la dynastie.



Chapitre I : Les Rois-Serpents 
 
 
 
 
Il fut un temps où les Soleil-Rouge menés par Hoko Ryu subirent les ravages de longues sécheresses et durent se résoudre à trouver d'importantes quantités d'eau. Hoko Ryu jura à ses amis de trouver une solution à leur problème, et se mit à la recherche d'un moyen d'y parvenir.



Durant son périple, il entendit parler de la bouche d'un chroniqueur la présence d'une montagne sacrée, détenteuse de l'une des eaux les plus pures de Pandarie. Mais là-dedans pas un moment de paix! Car Serpents-nuages, tortues-dragons, tigres, grues, larves, ainsi que trotteurs, araignées et cerfs, tous se disputaient se battaient et s'entretuaient pour devenir rois de la montagne, si bien que l'eau que contenait l'endroit déferlaient impétueusement, finissant par créer un marécage aux alentours, menaçant de noyer toute la région !
Dans ces mêlées et ces combats, les carapaces des tortues et des trotteurs furent brisées ; le corps des larves aplati; les huit longues pattes des araignées, coupées; les barbes des grues, presque toutes arrachées, et les autres animaux de la forêt de Jade subirent aussi des blessures.
Seuls quatre Serpents-Nuages furent victorieux, et devinrent respectivement rois-Serpents de la montagne.
Intrigué par cette folle histoire, Hoko Ryu rallia les forêts de banbous, et se mit en quête de cet endroit.
C'est alors que Yu'lon le Serpent de Jade, envoya les quatre Rois-Serpents s'occuper des débacles de Pandarie aux côtés de leurs frères. Pourtant, ils s'évinscèrent tous de leur obligation, et sans prendre à coeur leur mission de défendre les habitants à l'abris derrière l'Echine du Serpent, ils ne pensaient qu'à vivre dans la débauche.
Au terme d'un long voyage, Hoku Ryu rallia la montagne sacrée, et vint à la rencontre des quatres Serpents-Nuages.
-Mon village connait les ravages de la sècheresse, expliqua-t-il. J'implore les Rois-Serpents de m'accorder leur aide et celle de leur eau sacrée pour irriguer les terres de ma famille.



Méfiants et vaniteux, les rois exigèrent d'Hoko Ryu une offrande digne de leur grandeur royale. Hoko Ryu revint deux jours plus tard aux côtés d'une figurine de jade, à l'éfigie du Bienveillant Astre Vénérable gardien de la forêt.



Les quatre Rois Dragons ne s'en disputèrent que davantage, chacun voulant jouir seul de l'offrande faite par Hoko Ryu !
- C'est moi qui ait fait tomber la pluie la fois dernière, disait l'un. C'est pour me revaloir cela que Fleur de l'Aurore m'honore sans cesse. L'offrande me revient donc !
- La fois dernière, disait l'autre, je suis sorti de la montagne et j'ai fait seulement un petit tour au-dessus de la forêt, sans faire tomber la pluie. De peur de la sécheresse, Rosée-de-Miel m'a adressé des prières. C'est moi qui leur ai ensuite apporté l'eau, c'est à moi que revient cette offrande.
- La fois dernière, disait le troisième, quand je suis sorti de la montagne pour faire un tour, j'ai vu dans la forêt beaucoup de poussière, qui m'empêchait de bien voir. Fâché, j'ai fait tomber des pluies torrentielles pendant dix jours. C'est pour me remercier de mon bienfait que Brise-de-Nectar me fait des offrandes.
- En tout cas, disait le quatrième, moi seul ai le droit de recevoir prières et offrandes de la population, car pendant cinq mois, je suis rarement sorti de la montagne, et quand je m'ennuyais dans ma grotte, je buvais un peu de l'eau sacrée aux côtés de mes petits. Je n'ai pas causé d'inondations ni de sécheresses à la forêt de Jade. Je n'ai pas non plus troublé sa sécurité. Mes bienfaits pour lui sont donc évidents. A qui reviendra donc cette offrande ?
Comme les quatre rois-Serpents se disputaient, Hoko Ryu comprit qu'il y avait souvent, dans la forêt de Jade, des sécheresses et des inondations.
L'eau Magique semblait jalousée et protégée scrupuleusement par les quatres serpents-nuages. Hoko Ryu tenu alors ce language.



- Voyez, mes Excellences, que plusieurs Serpents ne s'occupent pas bien des eaux! Il vaut mieux charger trois des quatres rois-Serpents de cette tâche! Mais comme les trois rois attendent chacun que les autres fassent le travail, il vaut mieux charger seulement deux rois-Serpents de s'occuper des eaux.



Les deux Serpents-nuages protestèrent, continuant à attendre chacun que l'autre fasse le travail à sa place, ce qui continuerait à causer des calamités à la forêt de Jade.



Hoko Ryu rapporta un fois encore:
- Deux rois-Serpents se dérobent encore à leur obligation, il faut laisser à sa dernière excellence le soin d'administrer les eaux! 



Appuyé par les trois autres rois-Serpents, Soleil-Rouge vint le proposer à celui-ci. Quant il reçut ce conseil, le serpent-nuage se précipita au Temple du Serpent de Jade et adressa une requête à Yu'lon.
- Quatre grands Serpents-nuages sont responsables des pluies de la forêt de Jade, pourquoi devrais-je me charger seul de m'occuper des pluies dans la région ?
Le Serpent de Jade expliqua:
- Ce qui s'est passé auparavant m'a fait comprendre que quatre Dragons n'administrent pas bien les eaux; que trois Dragons se soustraient à leur obligation, et que deux Dragons s'attendent l'un l'autre dans le travail. Au contraire, si l'on charge un seul Dragon de s'occuper des eaux, il a une mission spéciale et claire et cela va marcher. Aux trois autres Dragons, je vais donner d'autres ordres.
Le Serpent-nuage continuait à importuner Yu'lon pour être déchargé de sa responsabilité de s'occuper des eaux. Celle-ci se mit en colère et s'écria:
- Si tu ne t'occupes pas bien des eaux, je supprimerai ta dignité sur les eaux de la montagne et te rabaisserai au rang de crevette! Tu verras!
Dès lors, de peur d'être dégradé, le Serpent-Nuage s'occupa avec soin des eaux. C'est pourquoi pendant de longues années, il y eut des vents et des pluies propices et bienfaisants. Ainsi, la forêt de Jade connut de bonnes récoltes.



Pour remercier Hoko Ryu de son aide à rétablir l'équilibre des pluies dans la région, Yu'lon insita les quatre Rois-Serpents à faire don au Soleil-Rouge de leur bien le plus précieux. Une perle aqueuse, coeur d'une petite entité pure du nom de Fichù. Hoku Ryu revint auprès des siens dans la Vallée des Quatre Vents, et plus jamais les siens ne connurent les méfaits de la sècheresse. 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Sep - 21:29 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kadang
Maitre de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2012
Messages: 17
Localisation: forêt de jade

MessagePosté le: Jeu 26 Sep - 21:30 (2013)    Sujet du message: Contes de Bo'ku. Répondre en citant

La restauration des écrits Soleil-Rouge se poursuivent. La chroniqueuse Mufàn est parvenue à reconstituer un poème antique, figurant comme la préface du second chapitre du conte de Bo'ku.



Dans le haut pavillon qui se mire au courant du tonnerre
Les breloques de jade et les grelots de bronze
Ont cessé de sonner et danser.
Au crépuscule
           les nuages se jouent en dévoilant leur colère.
Au soir, dans les stores de perles,
           la pluie a pénétré venant des monts de l'occident.

Insouciants et apeurés, s'en vont les blancs nuages.
Dans l'incertitude, les plus braves s'en sont retournés.
Les êtres se sont remplacés, les astres se sont succédé
           depuis combien d'automnes !
Où donc est maintenant le protecteur
           qui vivait dans ce pavillon ?
Cependant au-delà des parapets ouvrés,
          Tan Bu l'Effroyable s'est de nouveau éveillé.


Revenir en haut
Kadang
Maitre de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 27 Nov 2012
Messages: 17
Localisation: forêt de jade

MessagePosté le: Sam 16 Nov - 19:55 (2013)    Sujet du message: Contes de Bo'ku. Répondre en citant





Chapitre II : Tan Bu l'Effroyable 
 
Dans le monde, il y a toujours eu de bonnes et de mauvaises gens. Une année, dans le sud de la Pandarie, le terrible mogu Tan Bu fit son apparition. Tan Bu était un effroyable seigneur aussi haut qu'un muret et large que deux yacks. Contrôlant le sud, il se livrait à tous les crimes inimaginables. Ses quatre-vingt-un serviteurs et ses meutes de quilens étaient aussi cruels que lui.Tan Bu s'était d'abord emparé des terres du sud grâce à ses complicités. Exploitant le peuple, lui et ses comparses abusaient tyranniquement de leur pouvoir. Puis leur ambition grandit et ils attaquèrent le nord. Partout sur leur passage, hommes, femmes, vieillards et enfants étaient massacrés sans pitié, le bétail pillé, les maisons et les récoltes détruites. Là où Tan Bu passait, l'herbe ne repoussait pas.


Lorsque Oshi Yi prit conscience de la situation, il décida de mettre fin à ces carnages et de tuer Tan Bu...
Tan Bu et ses complices occupaient alors la Fosse Torjari, au Sud de Chasse-Pierre. Oshi Yi conduisit sans attendre ses armées à l'attaque. Les Astres Vénérables avaient confié à ses ordres des pandashan et des miliciens intrépides, venu des quatre coins de la Pandarie.
 
Pour lutter contre Tan Bu et ses complices, Oshi Yi demanda encore l'aide de son ancien rival Hoko Ryu, qui accepta de combattre les envahisseurs pour préserver les innocents.
Cependant, Tan Bu n'était pas disposé à reculer. Chaque côté combattait avec acharnement. Les champs des quatre vents étaient noyés dans la poussière et le ciel semblait devoir s'écrouler à tout moment.


A la suite d'une contre-attaque vigoureuse des armées de Oshi Yi, Tan Bu et ses complices furent obligés de reculer. C'est alors que Tan Bu brisa l'encerclement, présenta un terrible artefact au centre de la mêlée, et libéra de sombres énergies qui n'eurent de cesse de submerger le champs de bataille.
En un clin d'oeil, le brouillard couvrit toute la plaine. Le ciel s'obscurcit et la terre plongea dans les ténèbres. Les armées de Oshi Yi se trouvèrent désorientées. Et bientôt, les hantises sha s'extirpèrent du sol pour corrompre les nobles pandarens.

 
 
 
 
 
 
 
 
Oshi Yi désemparé, ce fût Hoko Ryu qui fit appeler à la hâte Xuen le Tigre Blanc pour balayer la tempête sha. Celui-ci rugit tout grand la puissance de mille tornades. La tempête souffla trois jours et trois nuits. Mais le pouvoir de Tan Bu et de son artefact était très grand, le brouillard sha très épais, et le vent, aussi fort fût-il, ne put le disperser. Les armées de Oshi Yi contenaient les shas tout le temps et hésitaient sur la décision à prendre. La situation devenait grave.

Hoko Ryu mit alors à profit une arme ancestrale. L'utilisant avec courage et détermination, une parcelle infime des ténèbres disparurent et laissèrent l'éclat d'une étoile briller dans la pénombre, capable d'indiquer à tout moment le chemin à suivre. Il disposa une plume d'un rouge écarlate sur le sommet de son arme, et, quelle que soit la direction prise, la plume rouge indiquait toujours le Sud. L'arme de Hoko Ryu galvanisa les pandarens et leur apporta courage et détermination. Les armées de Oshi Yi purent se diriger dans la brume épaisse et briser l'encerclement ennemi, et se libérer de l'emprise des sha.


Tan Bu commença à paniquer. Pour contre-attaquer les troupes de Oshi Yi sans leur laisser le temps de se ressaisir, il envoya contre elles les meutes de quilen et ses deux serpents-nuages : Mi Chei  Luang Tu. Ils poussaient des cris terribles, avaient des yeux rouges, de longs cheveux et une peau noire onyx parcourue d'éclairs foudroyants. Ils étaient horrible à voir.
Mais Hoko Ryu connaissait leur faiblesse : Il pointa son arme sur les armées d'Oshi Yi et les illumina. Alors les armées de Oshi Yi poussèrent un cri de guerre dévastateur et terrassèrent  les serpents-nuages qui disparurent dans le canyon. Son armée balayée, Tan Bu n'eu d'autre choix que de s'enfuir dans les jungles. Il jura de se venger de Hoko Ryu et du Soleil-Rouge, avant de se volatiliser dans les marécages de Krasarang.


Hoku Ryu fût longuement congratulé et récompensé pour son aide et l'utilisation de l'Arme contre les sbires de Tan Bu. Après sa disparition, le peuple vécut et travailla en paix. Pour célébrer cette victoire, Hoshi Yi fit inscrire par les chroniqueurs une inscription au sommet de l'enceinte de la Fosse Torjari, laissant ainsi ce message aux futures générations :




"Le mal est toujours puni". 
 
 
 
    


Revenir en haut
Huang Jiao
Protecteur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Nov 2013
Messages: 65

MessagePosté le: Dim 17 Nov - 15:17 (2013)    Sujet du message: Contes de Bo'ku. Répondre en citant

Chapitre 3 - Hoku Ryu et les Fermiers
 
 
Lors du long voyage de sa vie, Hoko Ryu et les siens traversèrent de nombreuses fois la Vallée des Quatre vents. Alors qu'ils faisaient halte dans un humble village de fermiers comme il en existe tant d'autres dans la vallée, ils découvrirent que les villageois étaient amaigris, et accablés par on ne sait quel mal. Pire encore, leurs récoltes étaient misérables, leurs légumes et leurs fruits rachitiques, et n'avaient pas de bétail. Hoko Ryu s'étonna alors de cet état de fait, spécialement dans une vallée à la terre si fertile et à l'eau si nourricière ; il questionna alors le chef du village :

_"Fermier, pourquoi les villageois semblent si accablés ? Pourquoi ne vois-je pas d'arbres chargés de prunes, de cerises et de pèches par ce bel été ? Ou est donc passé ton bétail ?"
_"C'est Bao, l'esprit de l'air, Monseigneur... C'est lui qui nous inflige tous ces tourments depuis des années ! Il fait souffler un vent mauvais sur toute la Vallée : nos récoltes n'arrivent plus à s'épanouir, il envoie ses serviteurs oiseaux voler nos bêtes, et manger nos fruits ! Nous ignorons pourquoi il nous punit..."
_"Pourquoi ne lui avez vous pas demandé ? Peut-être l'un des vôtres l'a-t-il fâché."
_"Mais il refuse de nous parler, Monseigneur ! Nul n'est jamais parvenu à braver la tempête qui entoure son repaire, en haut de la montagne" dit le chef du village, désespéré. "Pouvez-vous nous aider ?"

Hoko Ryu décida alors d'aider ces pauvres fermiers. Qu'avaient-ils bien pu faire pour fâcher Bao, l'esprit de l'air ? Animé par seul désir de mettre fin au tourment des fermiers, il entreprit alors d'escalader la montagne. Aux premières hauteurs, le vent se mit à souffler contre Hoko Ryu, et de grands faucons vinrent le harasser.

_"Bao est en colère, étranger ! Fais demi-tour ou nous te crèverons les yeux !" croassèrent-ils furieusement, en volant autour de lui, en le menaçant de leur bec.
_"Les villageois souffrent de sa colère ! Je dois parler à Bao, laissez moi en paix." leur répondit-il en les chassant. De peur de prendre un mauvais coup, les faucons s'en allèrent.

Alors, le Patriarche des Soleil-Rouge continua son ascension. Arrivé au glacier qui précédait le sommet, le vent commençait à souffler très fort contre lui, et des grands aigles, encore plus imposants que leurs cousins faucons, vinrent à leur tour menacer Hoko Ryu.

_"Tu es prévenu, étranger ! Bao est en colère ! Fais demi-tour, ou nous te déchiquèterons !" glatissèrent-ils avec colère, en le menaçant de leurs grandes serres.
_"Je viens pour apaiser sa colère ! Laissez-moi en paix !" leur répondit-il, en les chassant. Mais les grands aigles n'avaient pas peur de lui, et continuèrent à le harceler pendant sa marche. Mais Hoko Ryu ne portait aucune colère dans son coeur, aussi, il se contentait de tenir les aigles à distance sans les blesser.

Hoko Ryu continua péniblement son ascension, luttant à la fois contre le vent et les grands aigles. Il atteint alors les dernières hauteurs, à l'orée du pic de la montagne ou résidait Bao. Le vent souffla alors si fort que les aigles furent projetés au loin, privés d'appuis. Hoko Ryu, lui, tint bon en se tenant à la roche de la montagne. Finalement, il arriva face au majestueux esprit de l'air, Bao, qui, assis sur son trône de nuage, soufflait sa colère sur la Vallée. Quand il vit Hoko Ryu approcher, il cessa de souffler pour lui crier :

_"Comment ?! Retourne à la terre, mortel imprudent, ou je te ferais chuter de la montagne, et tu t'écraseras contre la roche !"
_"La colère nait de la souffrance, Bao, dit moi ce qui te fait souffrir !"
_"Ces maudits fermiers ! Ils ont dressé un grand mur autour de leur verger ! C'est une souffrance insupportable quand mon vent se brise contre ce mur !"
_"Je t'ai entendu, Bao, esprit de l'air. Mais, ces fermiers l'ont fait pour se préserver des voleurs qui rôdent dans la région, pas pour te défier. Je vais redescendre et nous démolirons ce mur qui te donne tant de souffrances, mais en échange, apaises ta colère !"

Alors, Hoko Ryu redescendit de la montagne, et quand il arriva au village, il ordonna que le mur soit démoli. Alors, la colère de Bao cessa à leur encontre. Les villageois étaient ravis, mais le chef fit part de son inquiétude au patriarche Soleil-rouge :

_"Mais... les voleurs vont pouvoir voler nos fruits impunément, maintenant ! Qu'allons-nous faire ?"

Ce à quoi Hoko Ryu répondit :

_"C'est la misère et les mauvaises récoltes qui poussaient ces gens-la à le faire. Désormais... il n'auront plus besoin de voler : ils laboureront et vivrons de leurs récoltes, comme toi et les tiens"

Ainsi, Hoko Ryu avait apporté la paix et la prospérité à toute la Vallée, car aucun habitant n'eut alors plus à souffrir de la colère de Bao, ni de la misère qu'elle engendrait. Bao vint alors en personne récompenser le Patriarche du Clan : être merveilleux paré de milles perles et pierres célestes, Bao en délogea une de son front et la remit en guise de cadeau à Hoku Ryu. Cette perle était en réalité le coeur de l'engeance de Bao, un petit esprit du vent vif et espiègle du nom de Ki'an. Désormais, les vents seraient toujours favorables à Hoku Ryu, tant qu'il prendrait soin de Ki'an.
_________________
Un coeur bienveillant trouve la paix partout.


Dernière édition par Huang Jiao le Mar 10 Déc - 17:25 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Shiro
Maitre de guilde

Hors ligne

Inscrit le: 03 Déc 2012
Messages: 75

MessagePosté le: Sam 30 Nov - 15:06 (2013)    Sujet du message: Contes de Bo'ku. Répondre en citant

Chapitre 4 : Le sorcier de Jade


Après la chute de Tan Bu, s'en suivit une ère de calme et de sérénité. Les Shao'din échangeaient et commerçaient, ils partageaient leurs arts et échangeaient leur savoirs-faire et leur produits.

A cette époque un mal s’abattit sur la forêt de Jade. Les grands bambous avaient perdu leur éclat verdoyant, les productions de la terre étaient devenues maigres et sans saveur, même le jade et les métaux dont on forgeait les lames étaient devenus cassants comme de la glace. A cette même époque s'éleva un clan très riche, basé dans un grand domaine du nom de Xuzhou, dans la Forêt de Jade. Xuzhou possédaient des mines et les meilleurs forgerons, l'acier qu'ils produisaient était reconnu, leur commerce était prospère. Xuzhou était dirigée par l'ancienne famille Wang. Le village jouissait de hautes palissades et de nombreux gardiens qui garantissaient la sécurité des habitants, qui étaient devenus hautains et avaient pris gout au luxe.

Fier de sa prospérité, le seigneur Wang Xin de Xuzhou, un pandaren orgueilleux frisant l'arrogance, invita le seigneur Hoku Ryu à venir dans la Forêt de Jade. Wang tint à montrer à Hoku l'ensemble de ses biens, cultures abondantes et vergers donnant des fruits d'une taille impressionnante, et surtout : des minerais d'une qualité exceptionnelle, métaux et pierres précieuses qui faisaient la richesse de son clan. La mine qui alimentait le commerce du village était exploitée du lever au coucher du soleil par les mineurs.

Le patriarche du Soleil Rouge devait malheureusement repartir, mais Wang Xin insista pour qu'il reste profiter, lui et ses hommes, de leur hospitalité quelques jours. Devant tant de joie de vivre et un si beau village fourmillant d'un labeur concédé de si bon coeur, Hoku Ryu accepta, et s'accorda à lui et à ses hommes un peu de détente.
Ce séjour commença par une grande fête. Wang Xin leur offrit un grand et savoureux repas fait des bonnes choses de la région. Hang, patriarche de la famille Ling, fit venir des musiciens de talent, et fit danser ses filles pour l'occasion. La fête fut merveilleuse, la chère délicieuse et les le spectacle enchanteur, et tout le village s'y rejoint pour festoyer toute la nuit durant jusqu'au grand feu d'artifice qui surprit et émerveilla Hoku Ryu et ses hommes : ils étaient accueillis comme des empereurs !

Au cours de la soirée, Wang exposa au seigneur Soleil Rouge l'ambition qu'il nourrissait. "La Pandarie a besoin d'un nouvel empereur", disait-il. Et il comptait sur l'appui militaire de Hoku pour parvenir à ses fins. Ce dernier répondit : "J'ai besoin d'une nuit pour vous donner ma réponse." Les Soleil Rouge restèrent alors à Xuzhou.

Au cours de la nuit, Hoku Ryu sortit et pénétra dans la mine. En suivant les échos d'une étrange plainte, il surprit un spectacle lugubre : une assemblée de "sorciers" pandarens exploitait l'élémentaire de la terre Diqiu afin de l'asservir et d'en retirer toutes les ressources.

" Voilà des méthodes bien peu honorables", se manifesta Hoku Ryu en se révélant à la lumière des torches et empoignant son sabre. Les sorciers se jetaient alors sur lui dans une frénésie effrayante. Hoku Ryu les abattit un à un, mais le dernier debout, le maître de cérémonie l'implora. Il releva sa capuche qui dévoila alors Wang Xin. Plein de fourberie, ce dernier lança un éclair de Jade crépitant sur Hoku Ryu et un duel terrible eut lieu. Grace à son sabre fabuleux, Hoku Ryu terrassa le sorcier. Il s'inclina et déclara : " Voici ma réponse : votre offre est inacceptable. "

Puis il voulu délivrer l'élémentaire des liens corrompus. Mais celui-ci était épuisé et sa lueur vacillait. Il donna à Hoku une magnifique perle de la plus sacrée des filles de la terre : la pierre de jade. Puis il s’éteignit, ne laissant qu'une merveilleuse pierre d'une blancheur et d'un éclat sans pareil...




Chapitre 5 : L'archer Ardent


Durant une sombre époque, tous les Shao'din (clans pandarens) furent privé du Feu, car le Feu était contrôlé par Ordos, Demi-Dieu yaungol héraut des Seigneurs Elémentaires . Ce Dieu aimait voyager de par le monde au printemps et en été. Lorsque son marteau heurtait quelque bois sec, il en sortait des étincelles et cela allumait de grands incendies qui éclairaient le ciel et balayait des régions entières. Le Feu dévorait les forêts, brûlait les animaux sauvages, et effrayait les pandarens qui n'avaient pas eu le temps de fuir.

Ce Feu était très utile. On pouvait s'en servir pour griller la viande crue, s'éclairer la nuit, se réchauffer les jours de froid. Mais surtout, le Feu était un protecteur puissant. Ebranlant la volonté des ennemis les plus perfides. Mais, lorsqu'il n'était pas envoyé par Ordos, où pouvait-on le trouver?

Le Feu existait, il se trouvait dans les lointaines canopées de l'ouest, Tanglong. Là où les rayons du Soleil n'arrivaient même pas, là où il n'y avait pas d'hiver mais un éternel crépuscule sans jour ni lumière. En effet, à cet endroit se trouvait un grand braséro, si grand que quarante pandarens se tenant par la main ne seraient pas arrivés à en faire le tour. On l'appelait "le Foyer Ardent ».

Personne ne l'avait jamais vu, mis à part les pandashan, car il se trouvait à mille lieues de toute habitation. Il fallait pour s'y rendre outrepasser l'Echine du Serpent, traverser les sombres jungles de Tanglong, marcher des jours et des jours et surmonter en route toutes sortes de difficultés et de dangers inattendus.

Plusieurs personnes déjà étaient parties à sa recherche, mais aucune n'avait réussi. Les uns s'étaient tués dans l'ascension des collines surveillées par le peuple yaungol, les autres s'étaient noyés dans la traversée des territoires mantides; certains avaient été dévorés par des animaux sauvages, d'autres étaient morts de froid, d'autres encore avaient reculé devant les dangers et les difficultés et avaient rebroussé chemin. Bref, si Soleil-Rouge désirait la protection du Feu contre Tan Bu, personne jusque là n'avait été capable d'y parvenir.

Hoko Ryu, trop vieux alors, envoya à sa recherche son fils unique, Fàn. Il avait l'esprit vif et était adroit de ses mains. C'était un excellent tireur à l'arc, un bon grimpeur et un nageur hors pair. Désirant apporter la protection à sa dynastie et prouver sa valeur à son père, il projeta de se rendre dans les contrées occidentales. L'échec de ses prédécesseurs ne le découragea pas.

Un jour, il dit adieu à ses amis et son honorable père, et partit vers l'ouest armé de son arc et de ses flèches.Il subit en route toutes sortes de souffrances, de privations et il risqua maintes fois sa vie. De hautes montagnes et de larges fleuves lui barraient la route, mais il s'aida de Nozu, son fidèle yack, pour escalader les sommets les plus élevés et construisit des radeaux pour traverser les rivières les plus profondes. Des tigres féroces et des mantides sanguinaires sortirent parfois de leur repaire pour se jeter sur lui, mais il les terrassa à chaque fois. Le Crépuscule l'ébranla à maintes reprises, le froid lui gelait les mains et les pieds, mais il n'en continua pas moins à marcher des jours et des jours durant. Malgré la fatigue, il ne perdit jamais courage. Rien ne semblait pouvoir l'empêcher d'avancer.

Il marcha ainsi jour et nuit pendant un an, parcourant on ne sait combien de centaines de kilomètres. Il ne se souvenait plus depuis combien de lunes il était parti. Devant lui, tout n'était qu'obscurité. Mais résolu à découvrir le secret du Feu et d'en faire don à sa dynastie, il continuait à avancer courageusement.

Un jour, alors qu'il avait avancé toute la journée et que maintenant il marchait péniblement dans la nuit, il aperçut soudain une étincelle dans le lointain. Plus il avançait, plus les braises s'intensifiaient. Il comprit alors qu'il était arrivé au Foyer Ardent.

Le Foyer Ardent occupait à lui seul une superficie de dizaines de mètres carrés. Ses branches enflammées illuminaient comme perles et pierres précieuses, éclairant les quatre coins de l'horizon.

Fàn avait enfin atteint le Foyer Ardent !

En s'approchant du braséro, il vit une nuée de petits élémentaires virevolter entre les branches et les flammes. Chaque ruée produisait une étincelle, ce qui repoussa le jeune pandaren en arrière. Le jeune homme comprit alors immédiatement l'utilité du Feu. Il grimpa sur un arbre proche, se hissa au bout des branches et interpella un petit élémentaire fougueux. Des étincelles jaillirent. Puis il tenta l'expérience une seconde fois et, après de longs efforts, obtint l'audience de l'uns d'eux, portant le nom de Ki.

Fàn supplia le petit élémentaire de le rejoindre pour venir protéger son village de la colère de Tan Bu. Mais à chaque fois, il refusa. Trois jours durant, le jeune Soleil-Rouge tenta de convaincre Ki.

Finalement, à l'aube du quatrième jour approcha un prêtre d'Ordos, qui captura Ki et tout ses semblables devant Fàn. Courageux, Fàn se dressa contre le yaungol. Un terrible combat éclata, et le yaungol dût se résoudre à prendre la fuite. Reconnaissant de l'aide apportée par le jeune pandaren, Ki éclaira Fàn sur le don du Feu et ses secrets.

Le Feu n'est pas seulement un moyen de défense.Grâce à lui, on peut cuire les aliments, se réchauffer les jours de grand froid, s'éclairer la nuit, se protéger des bêtes sauvages et fondre des armes et des outils. Il apporte le courage dans le coeur des hommes et leur donne la force de s'opposer à ceux qui pourraient leur vouloir du mal. Il est Unité. Le diviser comme le font les yaungols et les serviteurs d'Ordos n'apporte que destruction et malheur sur les contrées et les pays. Ki ne pouvait quitter le Foyer Ardent.

Attristé et abattu, Fàn s'apprêta à partir vers son village, bredouille. Ki glissa alors dans sa besace un petit noyau élémentaire, détenteur d'une étincelle lumineuse.

« Emporte la mouche de feu auprès des tiens. Le cadeau de la bienveillance que tu as apporté aux miens. Qu'une fois son utilité passée, elle puisse s'en retourner à son foyer. »

Tout heureux, Fàn rejoignit sans tarder son pays natal accompagné du présent de Ki. Là, il la remit à son père, qui le gratifia comme un père ne l'eu jamais fait pour son fils. La quête de Fàn importait peu à Hoko Ryu. Seule sa survie au delà de l'Echine tenait de sens pour lui.

Quelques semaines plus tard, Hoko Ryu s'en alla rejoindre les honorables ancêtres de la dynastie, et la mouche de feu fût placée aux côtés des trois autres noyaux élémentaires au plus profond du caveau. Depuis lors, quand on a besoin de feu, il suffit de chuchoter dans l'étreinte de la bougie le nom de Ki, et le courage, ravivé à jamais dans le coeur des pandarens de Soleil-Rouge, renaît.

L'histoire a retenu le nom de celui qui rapporta le Feu à sa famille, Fàn Soleil-Rouge : « L'archer Ardent. »
_________________
" Quand le sabre quitte le fourreau, le budopan ne se réjouit pas. "


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:50 (2018)    Sujet du message: Contes de Bo'ku.

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du clan soleil-rouge Index du Forum -> Le clan -> L'Histoire Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com