forum du clan soleil-rouge Index du Forum
forum du clan soleil-rouge Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Carnet de route de Sakuri

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du clan soleil-rouge Index du Forum -> Récits -> Récits personnels
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kofu'ji
Budopan

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2013
Messages: 47

MessagePosté le: Ven 1 Nov - 19:07 (2013)    Sujet du message: Carnet de route de Sakuri Répondre en citant

Citation:
Le deuxième jour de ce mois d’automne… 

Cela fait maintenant quelques jours que je suis arrivée ici, dans le temple du tigre blanc, afin de prouver ma « force » et d’y perfectionner mon art. Comme toujours, les cours et bâtiments sont vides de monde et je ne croise jamais que des moines ou de jeunes initiés, rêvant d’épopées glorieuses et cherchant à vivre des aventures comme leurs ancêtres des temps jadis.

J’ai passé la plus grande partie de la matinée à attendre, assisse en tailleur, au milieu de la place de l’aigle chauve. Attendre et remettre toute ma vie en question. La méditation apaise mon esprit et le froid mordant chasse les idées noires, les emportant avec le vent dans les hauts sommets des monts de Kun-Lai. 

 

Le sixième jour de ce mois d’automne…

Il a neigé aujourd’hui et les disciples de Xuen se sont empressés d’allumer les torches hivernales sous les dômes pour réchauffer l’atmosphère. J’ai observée pendant près d’une heure les flocons fondre au doux contact de la flamme, qui semblait pourtant s’éteindre lentement sous la froideur de la neige. L’eau et le feu. Ils sont continuellement en affrontement, chacun voulant prendre le dessus sur son adversaire. Sommes-nous si différent ?

Maître Zanho Plume-grue est tombé malade, une mauvaise grippe murmure-t-on dans les couloirs, et on m’a supplié de le remplacer le temps d’un après-midi. Sans doute que j’étais la seule disponible en cette fraîche journée... Pourquoi ne pas former ces jeunes initiés après tout ? Cela me changera de mes éternels entrainements. Et puis j’aime bien être en compagnie des enfants…

 

Le huitième jour de ce mois d’automne…

Ma lame brille sous le pâle soleil d’automne en adoptant la position du tigre blanc. Noble et féroce. Shang se tenait lui aussi devant moi, avec la même position d’attaque, immobile. Nos regards se croisent, calmes et paisibles, puis le gong retentit dans l’enceinte du temple. D’un bond, nos lames se rencontrèrent et grincèrent dans un élan guerrier. Le combat dura jusqu’au repas. Nul vainqueur et nul vaincu, Shang est un bon combattant. Peut-être que je devrais lui parler plus souvent…

La poète Wio Fleur-des-prés nous conta tard dans la soirée des odes et des chants de son village natal. Sa voie m’a emmenée découvrir des paysages somptueux, aux milles couleurs et parfums. J’ai essayée de retenir un passage d’une mélodie sur la nature. J’irais surement lui demander le texte complet dès demain matin.

 

Au son des abeilles, le temps m’emporte.

La vive rivière coule, et je m’évade.

Le beau faucon se pose, une souche morte.

Sous la fleur impériale, jolie dryade.

Que fais-tu ici, fille du lotus d’or ?

J’écoute ton murmure, mère nature.

Délicate enfant, fais donc chanter ton cor.

La vallée désire, le son de la dorure.

 

Le quinzième jour de ce mois d’automne…

C’est l’heure du départ et je me prépare à faire mes adieux aux moines et enfants du temple. Je suis triste de m’en séparer, ils sont tous si adorables et plein de joie ! Mais le domaine me manque aussi et je dois y retourner le cœur serré, laissant derrière moi mes heures d’entrainement et de paix.

Shang est venu me dire au revoir aussi, en privé, loin des bruits du banquet. Il m’a offert un lotus rouge, une fleur si rare et précieuse, puis il m’a souri timidement. Lui, le grand guerrier au cœur de yéti, n’arrivait pas à surmonté mon regard affectueux. La situation devait être comique quand j’y repense. J’ai hâte de la revoir à nouveau.

 

Le dix-huitième jour de ce mois d’automne…

Je suis arrivée à Binan et j’ai enfin pu voir la ville sans effusion de sang, pour une fois. Les yaungols s’étaient retirés dans les plaines plus au nord afin de regrouper leurs forces. Il semble, d’après les éclaireurs, qu’un nouveau chef les guide au combat, plus grand et plus cruel que tous ses prédécesseurs. Je ne peux hélas m’attarder ici, ma route est encore longue.

 

Le dix-neuvième jour de ce mois d’automne…

J’ai trouvée en chemin deux grumelots, près de l’Escalier Dérobé. L’un se nomme Frère Sabot-de-yack et l’autre Petit Pied-gauche. Ils m’ont fait comprendre qu’ils cherchaient à descendre vers la vallée des Quatre vents et que je serais leur « gri-gri » si je pouvais les protéger des dangers durant le voyage. J’ai acceptée sans hésiter ! De la compagnie me fera du bien…

 

Le vingt-et-unième jour de ce mois d’automne…

Je suis arrivée en bas de l’escalier et je respire enfin le bon air de la vallée, toujours aussi verte et bourdonnante de vies. Cela me change de la fraicheur des montagnes de Kun-Lai !

Mes deux compagnons de route me remercièrent en m’offrant un encens, puis ils prirent la route menant vers l’est. Quant à moi, j’ai pris la direction opposée, menant vers le domaine ancestral du Soleil-rouge. Je n’ai croisée sur la route que trois marchants et un berger avec son troupeau de chèvres. Cette vie simple m’avait manquée…

 

Le vingt-deuxième jour de ce mois d’automne…

Au loin, j’aperçois de la fumée noire qui s’échappe de la haute colline où est situé le domaine. Je vais hâter ma marche pour y découvrir ce qui en est à l’origine. Son aspect est inquiétant.

 

Le vingt-troisième jour de ce mois d’automne…

Le domaine… il est en cendre. Le bâtiment principal n’est plus qu’un tas de débris noircis et calcinés… Les murs ne sont plus que ruines et le dojo s'est effondré sur lui-même. Que s’est-il passé lors de mon absence ? Où sont les habitants, les protecteurs, Bo’ku ? Je vais voir au village, peut-être que j’y trouverais des réponses sur la place du marché.

Une attaque… le vieux fermier Wu m’a raconté ce qui s’était déroulé voilà quelques jours après mon départ. Une bande saurok à pillée, brulée et saccagée le domaine ainsi que les fermes environnantes. Même le village fut aussi la cible de ces méfaits. Le grand-père m’a raconté que les frères et seigneurs Shiro et Kadang ont pris la direction du monastère de Tian, pour y mettre la plupart des gens en sécurité.

Je suis las et attristée. Je dois me reposer un peu pour reprendre mes esprits.

 

Le vingt-quatrième jour de ce mois d’automne…

La nuit porte conseil et ce fut le cas pour moi. Il fallait tout rebâtir, tout reconstruire, remettre en état un village entier et soigner la terre pour les récoltes à venir. Ils n’étaient que trois pour cette tâche de grande ampleur. Wu, Ti’ho le gardien des portes et une femme, veuve depuis l’attaque de sauroks. Ils n’ont pas voulu partir, m’ont-ils dit. Chacun est libre de ses actes, tant qu'ils ne font pas obstacle ou de mal.

Quel choix devais-je prendre ? Rejoindre le monastère de Tian pour y trouver l’école des Budopan ainsi que les villageois et mes oncles où… rester ici, à aider ces pauvres gens.
 
La seconde option me semble la plus raisonnable. Je ne vais pas les abandonner et puis, c’est un peu chez moi aussi.
 

Le vingt-cinquième jour de ce mois d’automne…

La remise en état du domaine risque d’être longue et pénible… un courrier nous a apporté une mauvaise nouvelle tôt dans la matinée. Comme si le Soleil-rouge n’en avait pas eu assez… Les seigneurs Shiro et Kadang sont parti avec une petite troupe à la poursuite du chef de la bande de pillards, afin de retrouver l’honneur perdu du clan. Mon œil… je suis sûr qu’ils cherchent autre chose que la vengeance.

Je vais attendre deux semaines au village et si je n’ai pas de nouvelles passé ce délai, je partirais à leur recherche. J’espère de tout mon cœur qu’ils reviendront sain et sauf. 
 

Extrait du journal de Sakuri Soleil-rouge. Elle y découvre avec tristesse le domaine en ruine, après être partie du temple du Tigre Blanc. 
_________________
Chaque blessure est une leçon, chaque défaite est une occasion de grandir.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 1 Nov - 19:07 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kofu'ji
Budopan

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2013
Messages: 47

MessagePosté le: Lun 11 Nov - 01:11 (2013)    Sujet du message: Carnet de route de Sakuri Répondre en citant

 
Citation:
Le premier jour devant les ruines du domaine...

Je n'arrive toujours pas à me faire à l'idée que... ma maison est réduite en cendre. La chaleur du brasier s'est depuis longtemps envolée dans l'air, grâce à la pluie, et j'ai pu parcourir les allées sombres et sinistres du domaine. La demeure ancestrale... ma maison. Elle n'est plus. Cette idée ne me cesse de me tourmenter et j'ai du mal à m'apaiser l'esprit. Je dois reprendre les entrainements au plus tôt, mais seulement après avoir réparé ce qui peut l'être.

Wu et Ti'ho sont remarquable, et ils font ce qu'ils peuvent avec les moyens du village, toujours aussi désert. Mais je suis inquiète au sujet de Zua... c'est le nom de la veuve du massacre, Zua Patte-grise. Elle reste seule dans son coin et mes paroles n'arrivent pas à la consoler. Cela doit être dur de perdre un être cher.


Le troisième jour devant les ruines du domaine...

Elle n'est plus... Wu a retrouvé Zua sans vie au milieu de sa chaumière. J'aurais du l'aider, j'aurais pu la sauver ! C'est ma faute, je me sens coupable de sa perte. Elle est morte de chagrin et de solitude. J'implorerais les astres pour que son esprit trouve le repos en ce monde.

Nous l'avons enterré dans le cimetière, au crépuscule. Elle a du retrouvée son époux dans les brumes. Puisse sa nouvelle vie être pleine de joie, et non faite de malheurs.


Le neuvième jour devant les ruines du domaine...

Les villages des alentours nous ont offert du bois et de la pierre, des vivres et des outils. Mais ils n'osent pas venir nous aider dans la reconstruction. Ils disent que le domaine est maudit, et que les fantômes des défunts hantent les ruines car ils n'ont pas trouvé la paix. La bêtise des paysans... cette fausse rumeur va se rependre dans la vallée.

Le village Soleil Rouge reprend forme petit à petit, même si à trois le rythme est lent. Trop lent. Cela fait maintenant deux semaines que je suis sur place et oncle Shiro n'est toujours pas revenu... J'avais dit que je partirais à leur recherche sitôt le délais passé mais... la situation change rapidement. Et depuis la perte de Zua, je n'ose plus abandonner mes deux amis. Que la grue rouge veille sur le clan.


_________________
Chaque blessure est une leçon, chaque défaite est une occasion de grandir.


Revenir en haut
Kofu'ji
Budopan

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2013
Messages: 47

MessagePosté le: Mar 19 Nov - 20:36 (2013)    Sujet du message: Carnet de route de Sakuri Répondre en citant



Citation:
Le onzième jour au monastère de Tian...

L'air est frais et vivifiant, le soleil matinal semble faire disparaitre la rosée ambiante sous mes pas. La marche est longue depuis mon départ du domaine et le monastère de Tian est assez encore loin, au nord de ma position. J'ai laissée Wu et le gardien de la porte Ti'ho la charge de terminer la reconstruction du village et j'espère pouvoir convaincre les villageois d'y retourner, maintenant que le danger n'est plus. Je ne pense pas y revenir avant longtemps...

Revoir mon oncle sain et sauf m'a ôtée un grand poids dans mon esprit et je sens à nouveau naître en moi l'espoir, pour le clan. C'est si délicieux... j'en savoure chaque instant. Il n'est pas revenu seul, j'ai pu voir de nouveaux visages à ses cotés, mais d'autres sont également absents. Où sont Hori l'artiste, Tisha la jeune archère et le vétéran Huang Cache-ombre ? ... Shiro m'a raconté leur mort ... Je vais devoir faire le deuil de ces valeureux guerriers tombés au combat. Tant de pertes...


Le treizième jour au monastère de Tian...

J'ai pu faire la rencontre des nouveaux Soleil Rouge au dojo du monastère. Beaucoup de jeunes femmes au caractère bien trempé et quelques mâles gras et rieurs. J'ai hâte de voir ce qu'ils valent sur le terrain, les armes à la main. Mon frère est là aussi... sa barbe ne me plait pas. 

Les moines et le Senseï de Tian nous ont offert une soirée, en l'honneur du retour du Soleil Rouge. La douce musique de la région accompagna l'excellent repas qui fut servit à tout les invités : homard sur lit de choux rouges, terrines de lapin sauvage, gâteaux à l'orange ou encore des boules de riz parfumées au jasmin... il y en avait pour tout les goûts et tout les palais. Cela fait longtemps que je ne m'étais plus aussi amusée ! J'ai pu apercevoir au loin le fils du clan Frappe Vent, Kahuan, mais je n'ai pas pu le voir en personne, je suis trop fatiguée suite à mon voyage et de plus, le bal dansant était en train d'être mise en place.


Le dix-septième jour au monastère de Tian...


La jeune Jiao est venue me trouver aujourd'hui et m'a demandée une faveur, quelque chose qui lui tient à cœur. Elle souhaite rejoindre l'école des Budopan, afin d'y être entrainée et formée. Chaque étudiant doit avoir un instructeur, un guide qui pourra conduire l'initié sur la voie qu'est celle du Budopan. Ordre de guerriers d'élite, caste loyale et puissante, où seuls l'honneur et le devoir envers autrui nous guident sur le chemin des vertus les plus pures. Le seigneur Shiro a donné son accord et j'ai donc accordée sa requête avec plaisir. Pour Jiao comme pour moi, cela sera un premier pas dans l'inconnu. Je n'ai jamais enseignée d'art martial et le code Budopan mais mon oncle me pense prête à franchir cette grande ligne. C'est un signe et j'espère ne pas décevoir Jiao : elle semble si enthousiaste et sûr d'elle. Je l'ai lu dans ses yeux.

Shang m'a envoyé une lettre avec un pétale de lotus rouge dans l'enveloppe. Il souhaite prendre de mes nouvelles et m'écrit que les duels contre moi dans la cour du temple lui manque. Il est si adorable ! J'ai hâte de le revoir au temple du Tigre Blanc, de pouvoir toucher la neige blanche de Kun'Lai, de pouvoir sentir la caresse de la brise de l'hiver sur ma fourrure... Une formation avec une élève et une jolie lettre le même jour. Cette journée est magique.


Le dix-neuvième jour au monastère de Tian...

La douleur du carreau mogu me donne encore quelques frissons dans le bas du dos, mais Wulong à semble-t-il apaisé le mal qui me rongeait. Quelle sotte j'ai été ! A cause de mon impatience et de mon manque d'observation, les soldats du clan ont faillit tous y rester... je m'en veux terriblement et je vais devoir me reprendre en main rapidement, même si la mission à finalement était une réussite. Ceci étant dit, j'ai pu voir mon apprentie en action et je dois avouer qu'elle s'en sort très bien. Elle me fait honneur et sa formation sera peut-être plus rapide que pour les autres élèves de Tian. Le seigneur Shiro m'a cependant mise en garde et je vais écouter son conseil avec sagesse.

La pluie tombe à nouveau, créant de petits torrents et faisant chanter les grues sauvages. J'entend le tonnerre gronder sa rage et je vois les flashs blanc des éclairs descendre du ciel pour abattre les arbres centenaires, dans la proche forêt... la nuit risque d'être agitée et je redoute de ne pas trouver le sommeil. Il me manque... mon petit trésor me manque...


_________________
Chaque blessure est une leçon, chaque défaite est une occasion de grandir.


Revenir en haut
Kofu'ji
Budopan

Hors ligne

Inscrit le: 06 Sep 2013
Messages: 47

MessagePosté le: Sam 14 Déc - 14:24 (2013)    Sujet du message: Carnet de route de Sakuri Répondre en citant

Citation:
Le treizième jour au temple de Xuen...

La neige commença à tomber sur les places pavées du sanctuaire de la force, légèrement balayée par le vent d'hiver. Me voilà enfin dans le quartier des invités, au temple blanc. Ma venue fut pour le moins discrète : Personne ne m'a reconnu. Personne sauf Shang. Il est venu me trouver dans ma chambre, et nous avons fait quelque pas dans les jardins de Haut-flocon, qui étaient recouvert d'un fin tapis blanc de neige.

Nous avons parlés de nos aventures et du temps qui s'écoule, de nos rêves et de l'espoir. Je lui ai racontée notre quête, la recherche des perles élémentaires et de mon initiée talentueuse. Je lui ai contée les glorieuses batailles que le Soleil Rouge a mené contre le mal. Mes blessures et mes peines... j'ai tant de chose à lui dire ! Shang m'a parlé de ses entrainements et de la vie du temple, des nouveaux aspirants et des rumeurs qui courent dans les montagnes. C'est amusant, ici rien ne change.


Le quatorzième jour au temple de Xuen...

Je me suis levée tôt ce matin afin d'échappé aux moines et professeurs ayant eut vent de ma visite. Sur le devant de ma porte était posé un magnifique lotus rouge, fleur éternelle. Sacré Shang... il est si attentionné. Le petit déjeuné fut servi dans la salle commune, où de longues tables sont positionnées d'un bout à l'autre de la pièce. Du pain et des brioches de miel, des fruits d'hiver et du thé aux milles odeurs. Il faut un repas copieux pour espérer tenir dans cette terrible région glacée... et aux rudes entrainements des gardiens du temple du Tigre Blanc !

Le repas m'ayant comblé, je suis alors partie vers les grandes allées de l'est pour y retrouver le but de ma visite. Je n'ai qu'une hâte : revoir mon petit Wuo...

_________________
Chaque blessure est une leçon, chaque défaite est une occasion de grandir.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:40 (2018)    Sujet du message: Carnet de route de Sakuri

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    forum du clan soleil-rouge Index du Forum -> Récits -> Récits personnels Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com